format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Conseil d’Etat, Assemblée, 3 mars 2004, n° 222918, Association "Liberté, information, santé"
Conseil d’Etat, Assemblée, 19 mai 2004, n° 216039, Caisse régionale d’assurance maladie d’Ile-de-France et Caisse primaire d’assurance maladie du Val-de-Marne c/ M. T.
Conseil d’Etat, 21 novembre 2003, n° 246615, M. et Mme Roger V.
Conseil d’Etat, 15 février 2008, n° 299736, Syndicat national des agents de la Direction générale des impôts-CGT (SNADGI-CGT)
Cour administrative d’appel de Paris, 2 juillet 2002, n° 98PA03431, Assistance publique - Hôpitaux de Paris c/ Consorts La G.
Tribunal administratif de Lyon, référé, 15 février 2001, n° 9802895, M. Joumard
Conseil d’Etat, 17 novembre 2008, n° 301553, Jean-Yves B.
Conseil d’Etat, 8 octobre 2008, n° 303937, Syndicat national des personnels de santé environnementale
Tribunal administratif de Paris, 29 mai 2001, n° 9811703/6, Mouvement de Légalisation Contrôlée c/ Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé
Conseil d’Etat, 7 novembre 2001, n° 237107, M. V.

THEMES ABORDES :
Droit public des technologies de l’information
Conseil constitutionnel, 25 juillet 2002, n° 2002-2682, AN Savoie (1ère circ.)
Conseil d’Etat, 5 mai 2008, n° 293934, Geneviève K. et Groupe d’information et de soutien des immigrés
Internet et la diffusion des sondages électoraux : une réforme législative impossible ?
Conseil d’Etat, 9 février 2004, n° 250258, Société Télévision Française 1 (TF1)
Premier rapport d’activité - Année 2002
Hébergement gratuit des sites Internet des candidats : le Conseil constitutionnel donne son feu (un peu trop) vert
Tribunal administratif de Melun, 22 mai 2001, n° 011179, M. Michel Boutin c/ élus au 1er tour des élections municipales dans la commune de Saint-Pathus
L’interdiction de diffusion des sondages d’opinion en période pré-électorale sur Internet.
Tribunal administratif de Toulouse, 25 septembre 2001, n° 01/1141, Elections municipales de Rodez, Mme H.
Conseil d’Etat, 2 juillet 1999, n° 201622, Elections cantonales du Portel (Pas-de-Calais)




Conseil d’Etat, 3 mai 2004, n° 257744, Société Laboratoires Equilibre Attitude

La décision par laquelle le directeur général de l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé a prononcé, sur le fondement des dispositions précitées de l’article L. 5312-2 du code de la santé publique, la suspension, jusqu’à la mise en conformité du produit avec la législation et la réglementation qui lui est applicable, de la publicité en faveur du produit " Chondrostéo " diffusée sur son site Internet par la SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE, ainsi que de toute publicité faite à l’égard de ce produit par cette société, ne produit d’effets directs qu’au siège de ladite entreprise.

CONSEIL D’ETAT

Statuant au contentieux

N° 257744

SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE

Mlle Courrèges
Rapporteur

M. Stahl
Commissaire du gouvernement

Séance du 5 avril 2004
Lecture du 3 mai 2004

REPUBLIQUE FRANÇAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux

(Section du contentieux, 1ère et 6ème sous-sections réunies)

Sur le rapport de la 1ère sous-section de la Section du contentieux

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 16 juin et 16 octobre 2003 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentés pour la SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE, dont le siège est Parc d’activités de Sophia-Antipolis, BP 289 à Vallauris cedex (06227) ; la SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE demande au Conseil d’Etat :

1°) d’annuler pour excès de pouvoir la décision du 4 mars 2003 par laquelle le directeur général de l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé a prononcé la suspension, jusqu’à l’obtention de l’autorisation prévue à l’article L. 5121-8 du code de la santé publique, de la publicité en faveur du produit " Chondrostéo " diffusée sur son site Internet par la SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE, ainsi que de toute publicité faite à l’égard de ce produit par cette société ;

2°) de mettre à la charge de l’Etat une somme de 3 000 euros à lui verser en application des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de la santé publique ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de Mlle Courrèges, Auditeur,
- les observations de la SCP Tiffreau, avocat de la SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE,
- les conclusions de M. Stahl, Commissaire du gouvernement ;

Considérant, d’une part, qu’aux termes du 5° de l’article R. 311-1 du code de justice administrative, le Conseil d’Etat est compétent pour connaître en premier et dernier ressort " des recours dirigés contre les actes administratifs dont le champ d’application s’étend au-delà du ressort d’un seul tribunal administratif " ;

Considérant, d’autre part, qu’aux termes de l’article L. 5312-2 du code de la santé publique : " Sans préjudice des poursuites pénales qui peuvent être exercées, lorsqu’un produit ou groupe de produits mentionné à l’article L. 5311-1 est mis sur le marché, mis en service ou utilisé sans avoir obtenu l’autorisation, l’enregistrement ou la certification préalable exigé par les dispositions législatives ou réglementaires applicables à ce produit ou groupe de produits, l’agence peut suspendre, jusqu’à la mise en conformité du produit ou groupe de produits au regard de la législation et de la réglementation en vigueur, (.) la publicité (.) de ce produit ou groupe de produits (.) " ;

Considérant que la décision attaquée, par laquelle le directeur général de l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé a prononcé, sur le fondement des dispositions précitées de l’article L. 5312-2 du code de la santé publique, la suspension, jusqu’à la mise en conformité du produit avec la législation et la réglementation qui lui est applicable, de la publicité en faveur du produit " Chondrostéo " diffusée sur son site Internet par la SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE, ainsi que de toute publicité faite à l’égard de ce produit par cette société, ne produit d’effets directs qu’au siège de ladite entreprise ; qu’ainsi, le litige né de cette décision ne relève pas de la compétence en premier ressort du Conseil d’Etat ; que, dès lors, il y a lieu, en vertu de l’article R. 312-10 du code de justice administrative, de renvoyer le jugement de l’affaire au tribunal administratif de Nice, dans le ressort duquel a son siège la SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE, qui est compétent pour connaître de ce litige ;

D E C I D E :

Article 1er : Le jugement de la requête de la SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE est attribué au tribunal administratif de Nice.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à la SOCIETE LABORATOIRES EQUILIBRE ATTITUDE, à l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé et au ministre de la santé et de la protection sociale.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site