format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Tribunal administratif de Nantes, 7 juin 2001, n°01.1367, Elections municipales de Maisdon-sur-Sèvre
Conseil d’Etat, 16 juin 2004, n° 246883, François M.-A. et Marie-Thérèse L.
Cour administrative d’appel de Douai, 7 octobre 2003, n° 03DA00181, Mme Maryline L.
Conseil d’Etat, 30 juillet 2003, n° 244618, Assistance publique des Hôpitaux de Paris c/ M. Bernard B.
Conseil d’Etat, 16 janvier 2004, n° 254839, Philippe M.
Conseil d’Etat, 10 avril 2002, n° 204562, M. M.
Cour administrative d’appel de Paris, 7 février 2003, n° 00PA03032, Ministre de l’intérieur c/ OPAC de Paris
Cour administrative d’appel de Marseille, 29 avril 2003, n° 99MA00841, M. Christian A.
Conseil d’Etat, 28 octobre 2002, n° 240088, M. Philippe W. et autres
Conseil d’Etat, 30 juin 2004, n° 264295, Commune de Bertrange




Conseil d’Etat, 6 mars 2002, n° 233877, M. K.

Lorsqu’un recours contentieux tendant à l’annulation d’une décision administrative a été jugé en premier ressort par un tribunal administratif, le Conseil d’Etat, saisi d’un pourvoi en cassation formé contre un arrêt de cour administrative d’appel statuant sur l’appel formé contre le jugement rendu par ce tribunal, ne peut pas connaître d’une demande qui lui est directement présentée sur le fondement des dispositions de l’article L. 521-1 du code de justice administrative aux fins de suspension de l’exécution de la décision à l’origine du litige. Il en est autrement dans le cas où, ayant annulé l’arrêt de la cour administrative d’appel et ayant décidé de régler l’affaire au fond en application des dispositions de l’article L. 821-2 du même code, le Conseil d’Etat rend une décision avant-dire-droit sans mettre fin à l’instance.

CONSEIL D’ETAT

Statuant au contentieux

N° 233877

M. K.

Mlle Verot, Rapporteur

Mme Prdda Bordenave, Commissaire du gouvernement

Séance du 11 février 2002

Lecture du 6 mars 2002

REPUBLIQUE FRANÇAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux

(Section du contentieux, 2ème et 1ère sous-sections réunies)

Sur le rapport de la 2ème sous-section de la Section du contentieux

Vu la requête, enregistrée le 18 mai 2001 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentée par M. Mustapha K. ; M. K. demande au Conseil d’Etat de suspendre l’exécution de l’arrêté du ministre de l’intérieur en date du 16 juillet 1996 prononçant son expulsion du territoire français ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique
- le rapport de Mlle Verot, Auditeur,
- les conclusions de Mme Prada Bordenave, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, lorsqu’un recours contentieux tendant à l’annulation d’une décision administrative a été jugé en premier ressort par un tribunal administratif, le Conseil d’Etat, saisi d’un pourvoi en cassation formé contre un arrêt de cour administrative d’appel statuant sur l’appel formé contre le jugement rendu par ce tribunal, ne peut pas connaître d’une demande qui lui est directement présentée sur le fondement des dispositions de l’article L. 521-1 du code de justice administrative aux fins de suspension de l’exécution de la décision à l’origine du litige ; qu’il n’en est autrement que dans le cas où, ayant annulé l’arrêt de la cour administrative d’appel et ayant décidé de régler l’affaire au fond en application des dispositions de l’article L. 821-2 du même code, le Conseil d’Etat rend une décision avant-dire-droit sans mettre fin à l’instance ;

Considérant que M. K. s’est pourvu devant le Conseil d’Etat contre l’arrêt du 29 mars 2001 par lequel la cour administrative d’appel de Nancy a rejeté sa requête dirigée contre le jugement du tribunal administratif de Nancy en date du 29 avril 1997 rejetant sa demande d’annulation de l’arrêté du ministre de l’intérieur en date du 16 juillet 1996 prononçant son expulsion du territoire français ; que, par une ordonnance du 1er octobre 2001, le président de la deuxième sous-section de la section du contentieux du Conseil d’Etat a rejeté ce pourvoi ; que, dès lors, la requête de M. K. tendant à la suspension de l’exécution dudit arrêté est devenue sans objet ;

D E C I D E :

Article 1er : Il n’y a pas lieu de statuer sur la requête de M. K..

Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Mustapha K. et au ministre de l’intérieur.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site