format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Cour administrative d’appel de Paris, 7 février 2003, n° 00PA03032, Ministre de l’intérieur c/ OPAC de Paris
Conseil d’Etat, 30 juillet 2003, n° 248954, Mme Danièle C.-T.
Conseil d’Etat, 6 février 2004, n° 240560, Fatima H.
Conseil d’Etat, Section, 6 février 2004, n° 255007, Alain F.
Conseil d’Etat, 3 avril 2002, n° 220086, M. P. et autres
Conseil d’Etat, 6 octobre 2008, n° 283014, Société coopérative ouvrière de production Union technique du bâtiment
Conseil d’Etat, 5 décembre 2001, n° 225511, Mme D.
Conseil d’Etat, Section 12 mai 2004, n° 265184, Commune de Rogerville
Conseil d’Etat, 11 février 2004, n° 257682, Mme Yamina C.
Tribunal administratif de Papeete, 20 décembre 2001, M. René H. c/ Territoire de la Polynésie française

THEMES ABORDES :
Les nouvelles règles de compétence juridictionnelle
La limitation de l’appel pour les litiges de faible importance
Conseil d’Etat, Avis, 30 juin 2004, n° 267005, Communauté urbaine de Lille et M. V.
Conseil d’Etat, 16 juin 2004, n° 262070, Jean D.
Conseil d’Etat, 16 juin 2004, n° 266378, Société Sumo
Conseil d’Etat, 16 juin 2004, n° 263399, Bernard H.
Conseil d’Etat, 16 juin 2004, n° 265915, Claude B.
Conseil d’Etat, 16 juin 2004, n° 265634, Muriel Le G.
Conseil d’Etat, 16 juin 2004, n° 265711, Monique B.




Conseil d’Etat, 16 juin 2004, n° 265425, Marcel J.

Le tribunal administratif statue en premier et dernier ressort dans les litiges relatifs à la situation individuelle des fonctionnaires autres que ceux qui concernent l’entrée au service, la discipline ou la sortie du service. La contestation par un fonctionnaire d’une liste d’aptitude ou d’un tableau d’avancement, qui est composé de plusieurs décisions de caractère individuel, est au nombre de ces litiges, alors même qu’une telle liste revêt un caractère collectif.

CONSEIL D’ETAT

Statuant au contentieux

N° 265425

M. J.

Mlle Courrèges
Rapporteur

M. Stahl
Commissaire du gouvernement

Séance du 26 mai 2004
Lecture du 16 juin 2004

REPUBLIQUE FRANÇAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux

(Section du contentieux, 1ère et 6ème sous-sections réunies)

Sur le rapport de la 1ère sous-section de la Section du contentieux

Vu l’ordonnance en date du 2 mars 2004, enregistrée le 10 mars 2004 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, par laquelle le président de la cour administrative d’appel de Paris a transmis au Conseil d’Etat, en application de l’article R. 351-2 du code de justice administrative, la requête présentée à cette cour par M. J. ;

Vu la requête, enregistrée le 4 février 2004 au greffe de la cour administrative d’appel de Paris, présentée par M. Marcel ; M. J. demande au Conseil d’Etat d’annuler le jugement du 27 novembre 2003 par lequel le tribunal administratif de Paris a estimé qu’il n’y avait pas lieu de statuer sur sa demande tendant à l’exécution du jugement du 5 juin 2000 du même tribunal annulant la décision du 14 juin 1996 du ministre de la défense fixant les états nominatifs des adjudants-chefs susceptibles d’être nommés au choix dans le grade de major pour l’année 1989 ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le décret n° 2003-543 du 24 juin 2003 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de Mlle Courrèges, Auditeur,
- les conclusions de M. Stahl, Commissaire du gouvernement ;

Considérant, d’une part, qu’il résulte des dispositions du deuxième alinéa ajouté à l’article R. 811-1 du code de justice administrative par l’article 11 du décret du 24 juin 2003, combinées avec celles du 2° de l’article R. 222-13 du même code, que le tribunal administratif statue en premier et dernier ressort dans les litiges relatifs à la situation individuelle des fonctionnaires autres que ceux qui concernent l’entrée au service, la discipline ou la sortie du service ; que la contestation par un fonctionnaire d’une liste d’aptitude ou d’un tableau d’avancement, qui est composé de plusieurs décisions de caractère individuel, est au nombre de ces litiges, alors même qu’une telle liste revêt un caractère collectif ;

Considérant, d’autre part, que les voies de recours ouvertes contre la décision prise sur une demande d’exécution d’une décision juridictionnelle présentée sur le fondement des dispositions de l’article L. 911-4 du code de justice administrative sont les mêmes que celles qui sont prévues contre la décision dont il est demandé au juge d’assurer l’exécution ; que, toutefois, le droit de former un recours contre une décision d’une juridiction administrative étant définitivement fixé au jour où cette décision est rendue, il y a lieu, pour définir les voies de recours ouvertes contre un jugement de tribunal administratif statuant sur une demande d’exécution d’une décision juridictionnelle intervenue dans une des matières mentionnées à l’article R. 222-13, de faire application des textes en vigueur à la date où la décision juridictionnelle attaquée a été rendue et non de ceux en vigueur à la date de la décision dont il est demandé l’exécution ;

Considérant que M. J., adjudant-chef, a demandé au tribunal administratif de Paris que soit assurée, en application de l’article L. 911-4 du code de justice administrative, l’exécution du jugement du 5 juin 2000 du même tribunal annulant la décision du 14 juin 1996 du ministre de la défense fixant les états nominatifs des adjudants-chefs susceptibles d’être nommés au choix dans le grade de major pour l’année 1989 ; qu’ainsi qu’il a été dit ci-dessus, la contestation de tels états doit être regardée comme étant relative à la situation individuelle d’agents publics ; qu’à la date à laquelle le tribunal a statué sur la demande d’exécution présentée par M. J., les dispositions de l’article 11 du décret du 24 juin 2003 supprimant la voie de l’appel dans de tels litiges étaient entrées en vigueur ; que, par suite, la requête de M. J. dirigée contre le jugement du 27 novembre 2003 rejetant sa demande d’exécution doit être regardée comme un pourvoi en cassation relevant de la compétence du Conseil d’Etat ;

Considérant, toutefois, que M. J. a formé une demande d’aide juridictionnelle ; qu’afin de permettre l’instruction de cette demande, il y a lieu de surseoir à statuer sur les conclusions présentées par l’intéressé ;

D E C I D E :

Article 1er : Il est sursis à statuer sur les conclusions présentées par M. J. devant le Conseil d’Etat afin de permettre l’instruction de sa demande d’aide juridictionnelle.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Marcel J. et au ministre de la défense.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site