format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Conseil d’Etat, 23 juillet 2008, n° 308238, Gilles M.
Cour administrative d’appel de Nantes, 26 mars 2004, n° 02NT00163, Gérard T.
Conseil d’Etat, 19 novembre 2008, n° 294076, Jean-Louis C.
Conseil d’Etat, 29 juillet 2002, n° 225446, M. Jacques G.
Conseil d’Etat, 6 juin 2003, n° 231698, M. Jérôme A.
Conseil d’Etat, 28 décembre 2001, n° 225189, Commune de Saint-Jory
Conseil d’Etat, 12 juin 2002, n° 225048, M. R.
Conseil d’Etat, 28 avril 2003, n° 241192, Louis-Frédéric M.
Conseil d’Etat, 3 mars 2003, n° 235052, Centre d’aide par le travail de Cheney
Conseil d’Etat, 30 juillet 2003, n° 231266, M. Alexis D.




Conseil d’Etat, 3 novembre 2003, n° 224300, M. Georges G.

Alors même que la cour d’appel de Nouméa a déclaré le requérant coupable d’un délit de non-assistance à personne en péril, la faute médicale qu’il a pu ainsi commettre ne se détache pas des fonctions qu’il exerçait au dispensaire provincial de Canala.

CONSEIL D’ETAT

Statuant au contentieux

N° 224300

M. G.

M. Bouchez
Rapporteur

M. Piveteau
Commissaire du gouvernement

Séance du 10 octobre 2003
Lecture du 3 novembre 2003

REPUBLIQUE FRANÇAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux

(Section du contentieux, 7ème et 5ème sous-section réunies)

Sur le rapport de la 7ème sous-section de la Section du contentieux

Vu la requête enregistrée le 18 août 2000 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentée pour M. Georges G. ; M. G. demande au Conseil d’Etat, d’une part, d’annuler le titre exécutoire que la trésorerie de la Province Nord (Nouvelle-Calédonie) a émis à son encontre le 4 juin 1999 aux fins de remboursement des indemnités que cette collectivité a été condamnée à verser en exécution du jugement n° 97-00419 du 13 août 1998 du tribunal administratif de Nouméa, et, d’autre part, de prononcer le sursis à exécution dudit titre exécutoire ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le décret du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique ;

Vu le décret n° 74-338 du 22 avril 1974 relatif aux positions statutaires des militaires de carrière ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de M. Bouchez, Conseiller d’Etat,
- les observations de la SCP Vier, Barthelemy, avocat de M. G.,
- les conclusions de M. Piveteau, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que M. G., médecin en chef du service de santé des armées, conteste la légalité du titre de perception émis à son encontre le 4 juin 1999 par la Province Nord de la Nouvelle-Calédonie aux fins de remboursement des indemnités que celle-ci a été condamnée, par un jugement du tribunal administratif de Nouméa du 13 août 1998, à verser aux ayants droit de Mlle Caco, patiente décédée le 13 septembre 1994, décès attribué par la Province Nord à une faute personnelle du requérant, qui exerçait alors les fonctions de médecin chef de la circonscription médico-sociale de Canala ;

Considérant qu’il résulte de l’instruction qu’après avoir examiné Mlle Caco le dimanche 11 septembre 1994 au soir, M. G. n’a pas jugé l’état de celle-ci alarmant et l’a laissé regagner son domicile ; qu’à la suite de ce diagnostic, lorsqu’il a été alerté pendant la nuit de l’absence d’amélioration de l’état de Mlle Caco, puis avisé le lundi matin de la présence de celle-ci au dispensaire, il n’a pas estimé nécessaire de réexaminer lui-même la patiente ni de modifier les soins qu’il avait prescrits ; qu’alors même que la cour d’appel de Nouméa a déclaré M. G. coupable d’un délit de non-assistance à personne en péril, la faute médicale qu’il a pu ainsi commettre ne se détache pas des fonctions qu’il exerçait au dispensaire provincial de Canala ; que, par suite, M. G. est fondé à demander l’annulation du titre de perception émis à son encontre par la Province Nord de la Nouvelle-Calédonie en vue d’obtenir le remboursement des sommes que celle-ci a été condamnée à verser aux ayants droit de Mlle Caco ;

Sur les conclusions tendant à l’application des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant qu’il y a lieu, dans les circonstances de l’espèce, de faire application de ces dispositions et de condamner la Province Nord de la Nouvelle-Calédonie à payer à M. G. la somme de 2 900 euros que celui-ci demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;

D E C I D E :

Article 1er : Le titre exécutoire émis le 4 juin 1999 à l’encontre de M. G. par la trésorerie de la Province Nord (Nouvelle-Calédonie) est annulé.

Article 2 : La Province Nord de la Nouvelle-Calédonie est condamnée à verser à M. G. la somme de 2 900 euros en application des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Georges G., à la Province Nord de la Nouvelle-Calédonie et au ministre de la défense.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site