format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Conseil d’Etat, 10 juillet 2002, n° 240197, Elections municipales de Paris (14ème secteur)
Conseil d’Etat, 29 juillet 2002, n° 240344, Elections cantonales de Nice (2ème canton)
Conseil d’Etat, 28 novembre 2008, n° 317587, Elections municipales d’Autrans (Isère)
Conseil d’Etat, 22 Mars 1999, M. Avrillier
Conseil d’Etat, 29 juillet 2002, n° 239718, Elections municipales de Sainte-Maxime
Tribunal administratif de Besançon, 9 février 2001, n° 01-0204, Parti fédéraliste c/ Société nationale de Télévision France 3
Conseil d’Etat, 28 juillet 2000, n° 207401, Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques c/ Mme Marie-Gabrielle Marguerite
Conseil d’Etat, 29 juillet 2002, n° 239151, Elections municipales de Béthune
Conseil d’Etat, 10 décembre 2001, n° 235373, Elections municipales de Loures-Barousse
Conseil d’Etat, Assemblée, 21 janvier 2004, n° 254645, Mme Gabrielle B.




Conseil constitutionnel, 28 mai 1959, n° 59-221, Commune de Quillan

Le Conseil constitutionnel ne peut connaître des irrégularités invoquées à l’encontre de la désignation des délégués sénatoriaux qu’à l’appui d’une action dirigée contre l’élection du ou des sénateurs élus par le Collège électoral comprenant les délégués dont la désignation est elle-même contestée.

CONSEIL CONSTITUTIONNEL

Décision n° 59-221 du 28 mai 1959

Commune de Quillan (Aude)

Le Conseil constitutionnel,

Vu l’article 59 de la Constitution ;

Vu l’ordonnance du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

Vu l’ordonnance du 15 novembre 1958 relative à l’élection des sénateurs, et notamment son article 15 ;

Vu la requête présentée par le sieur Tournier, demeurant à Quillan (Aude), 2, quai de la Hille, ladite requête enregistrée le 11 mai 1959 au secrétariat du Conseil constitutionnel et tendant à ce qu’il plaise au Conseil annuler un jugement en date du 10 avril 1959, par lequel le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté la protestation qu’il avait formée contre la désignation des délégués du conseil municipal de Quillan au collège électoral sénatorial ;

Vu les autres pièces produites et jointes à la requête ;

Ouï le rapporteur en son rapport ;

Considérant qu’en vertu de la combinaison des dispositions de l’article 59 de la Constitution et des articles 32, 33, 39 et 44 de l’ordonnance du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel, ce Conseil ne peut être valablement saisi de contestations électorales autres que celles dirigées contre l’élection d’un membre du Parlement ; que, d’autre part, aux termes de l’article 15 de l’ordonnance n° 58-1098 du 15 novembre 1958, la décision du Tribunal administratif intervenue sur un recours dirigé contre la désignation des délégués des conseils municipaux ou de leurs suppléants, ne peut être contestée que devant le Conseil constitutionnel a saisi de l’élection ; qu’il résulte des dispositions sus-rappelées que le Conseil constitutionnel ne peut connaître des irrégularités invoquées à l’encontre de la désignation desdits délégués qu’à l’appui d’une action dirigée contre l’élection du ou des sénateurs élus par le Collège électoral comprenant les délégués dont la désignation est elle-même contestée ;

Considérant que, dans sa requête, le sieur Tournier se borne à demander l’annulation du jugement en date du 10 avril 1959 par lequel le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa protestation contre la désignation des délégués du conseil municipal de la ville de Quillan, sans contester devant le Conseil constitutionnel l’élection sénatoriale à laquelle lesdits délégués ont participé ; que dans ces conditions, sa requête n’est pas recevable ;

Décide :

Art. 1er. - La requête susvisée du sieur Tournier est rejetée.

Art. 2. - La présente décision sera publiée au Journal officiel de la République française.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site