format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Conseil d’Etat, 29 mai 1981, n° 15092, M. Rekhou
Conseil d’Etat, 9 juillet 2003, n° 246135, M. Ben Mohamed D.
Conseil d’Etat, 6 août 2008, n° 295906, Laurent G.
Conseil d’Etat, 29 juillet 2002, n° 235289, Elections municipales de Chailly-en-Bière (Seine-et-Marne)
Conseil d’Etat, 25 juillet 2008, n° 295437, Lydia C.-L.
Conseil d’Etat, 10 avril 2002, n° 204562, M. M.
Conseil d’Etat, 4 février 2004, n° 243031, Syndicat national des secrétaires généraux des chambres de métiers de France
Conseil d’Etat, 7 juillet 2008, n° 294146, Commune d’Haillicourt
Conseil d’Etat, Assemblée, 9 Avril 1999, Mme Chevrol-Benkeddach
Conseil d’Etat, 19 mai 2004, n° 263945, Bernard B. et EARL de la Neuville




Cour administrative d’appel de Douai, 7 octobre 2003, n° 03DA00181, Mme Maryline L.

Un bénéficiaire de l’aide personnalisée au logement à qui aurait été demandé le remboursement de sommes versées à tort au titre de cette aide, peut former, devant le tribunal administratif dans le ressort duquel est situé le logement ayant donné lieu à la décision, soit un recours de plein contentieux dirigé contre la décision par laquelle la section des aides publiques au logement du conseil départemental de l’habitat aurait rejeté, en application des dispositions de l’article L. 351-14 du Code de la construction et de l’habitation, sa réclamation préalable tendant à la décharge des sommes en cause, soit un recours pour excès de pouvoir dirigé contre la décision par laquelle ladite section aurait rejeté en totalité ou en partie, en application des dispositions de l’article R. 351-37 du même code, sa demande tendant à ce que lui soit accordée la remise gracieuse de ces sommes.

COUR ADMINISTRATIVE D’APPEL DE DOUAI

N° 03DA00181

Mme Maryline L.

M. Berthoud
Rapporteur

M. Michel
Commissaire du Gouvernement

Audience du 23 septembre 2003
Lecture du 7 octobre 2003

REPUBLIQUE FRANCAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR ADMINISTRATIVE D’APPEL DE DOUAI

3ème chambre

Vu la requête, enregistrée le 20 février 2003 au greffe de la cour administrative d’appel de Douai, présentée par Mme Maryline L. ; Mme L. demande à la Cour :

1°) d’annuler le jugement n° 00-4526 du 19 décembre 2002 par lequel le tribunal administratif de Lille a rejeté sa demande tendant à l’annulation de la décision du 29 juin 2000 par laquelle la section des aides publiques au logement (S.D.A.P.L.) du conseil départemental de l’habitat du Nord a rejeté sa demande de remise gracieuse d’un trop-perçu d’aide personnalisée au logement (A.P.L.) ;

2°) d’annuler ladite décision du 29 juin 2000 ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de la construction et de l’habitation ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l’audience,

Après avoir entendu au cours de l’audience publique du 23 septembre 2003
- le rapport de M. Berthoud, président-assesseur,
- et les conclusions de M. Michel, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu’aux termes de l’article L. 351-14 du code de la construction et de l’habitation : " I. - Il est créé dans chaque département une commission compétente pour :...

2° Statuer sur les demandes de remise de dettes présentées à titre gracieux par les bénéficiaires de l’aide personnalisée au logement en cas de réclamation d’un trop-perçu effectuée par l’organisme payeur ; ... " ; qu’aux termes de l’article R. 351-47 du même code : " - Les compétences prévues à l’article L. 351-14 sont exercées par la section des aides publiques au logement du conseil départemental de l’habitat. ..., cette section : 2° Statue sur les demandes de remise de dettes présentées à titre gracieux par les bénéficiaires de l’aide personnalisée au logement en cas de réclamation d’un trop-perçu effectuée par l’organisme payeur ; ... " ;

Considérant qu’il résulte de ces dispositions combinées qu’un bénéficiaire de l’aide personnalisée au logement à qui aurait été demandé le remboursement de sommes versées à tort au titre de cette aide, peut former, devant le tribunal administratif dans le ressort duquel est situé le logement ayant donné lieu à la décision, soit un recours de plein contentieux dirigé contre la décision par laquelle la section des aides publiques au logement du conseil départemental de l’habitat aurait rejeté, en application des dispositions précitées de l’article L. 351-14 dudit code, sa réclamation préalable tendant à la décharge des sommes en cause, soit un recours pour excès de pouvoir dirigé contre la décision par laquelle ladite section aurait rejeté en totalité ou en partie, en application des dispositions susmentionnées de l’article R. 351-37 du même code, sa demande tendant à ce que lui soit accordée la remise gracieuse de ces sommes ; que, dans ce dernier cas, les moyens contestant le bien-fondé de la décision de l’organisme payeur demandant le remboursement de sommes versées à tort, que la décision de la section des aides publiques au logement n’a ni pour objet, ni pour effet de confirmer, sont inopérants ;

Considérant, d’une part, que Mme L., qui conteste la légalité de la décision de la section des aides publiques au logement rejetant sa demande de remise gracieuse, ne peut utilement se prévaloir d’un moyen tiré d’une inexacte application par la caisse d’allocations familiales de l’article R. 351-10 du code de la construction et de l’habitation, un tel moyen étant relatif au bien-fondé de la décision de l’organisme payeur demandant le remboursement des sommes versées à tort ;

Considérant, d’autre part, que la procédure prévue à l’article R. 351-47 susmentionnée ne crée aucun droit à remise de dette au profit des attributaires de l’aide personnalisée au logement qui sont débiteurs de sommes qui leur ont été indûment versées ; qu’il appartient toutefois au juge de l’excès de pouvoir, saisi de conclusions tendant à l’annulation d’une décision refusant le bénéfice d’une remise de dette, de vérifier que cette décision n’est entachée d’aucune erreur de fait ou de droit et ne repose pas sur une appréciation manifestement erronée des circonstances de l’affaire ;

Considérant qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que, compte-tenu des ressources et des charges du foyer ainsi que des modalités de remboursement accordées à l’intéressée, la section des aides publiques au logement a commis une erreur manifeste d’appréciation sur la situation de Mme L. en rejetant sa demande de remise de dette, nonobstant la circonstance, à la supposer établie, qu’une erreur soit imputable à la caisse d’allocations familiales de Lille ;

Considérant qu’il résulte de ce qui précède que Mme L. n’est pas fondée à se plaindre de ce que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Lille à rejeté sa demande ;

D E C I D E :

Article 1er : La requête de Mme L. est rejetée.

Article 2 : Le présent arrêt sera notifié à Mme L. et au ministre de l’équipement, des transports, du tourisme, du logement et de la mer.

Copie sera transmise au préfet de la région Nord / Pas-de-Calais, préfet du Nord.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site