format pour impression
(imprimer)

NOTES ET COMMENTAIRES :
Chronique de Mattias GUYOMAR et Pierre COLLIN, L’inapplicabilité de l’article 14 de la Convention européenne des droits de l’homme à la puissance publique, AJDA 2002, p.410
Christophe GUETTIER, Chronique de jurisprudence administrative 2002, RDP 2003, p.405

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Conseil d’Etat, 23 octobre 2002, n° 240607, Ministre de l’économie, des finances et de l’industrie c/ M. Joseph V.
Conseil d’Etat, 28 novembre 2003, n° 246501, Fédération des entreprises de transport et logistique de France
Cour administrative d’appel de Lyon, 20 mai 2003, n° 98LY00191, Association des Résidences pour Personnes Agées
Conseil d’Etat, 3 décembre 2014, n° 363628, M. A.
Conseil d’Etat, 8 mars 2004, n° 248094, Fereshteh M.
Conseil d’Etat, 11 décembre 2008, n° 308061, Pierre M.
Cour administrative d’appel de Nantes, 28 mai 2003, n° 00NT00836, Société Galapagos
Conseil d’Etat, 4 juin 2008, n°301776, Société Sarplex
Conseil d’Etat, 5 novembre 2003, n° 241201, M. Pierre R.
Conseil d’Etat, 23 novembre 2001, n° 206850, Association des Lacs




Conseil d’Etat, Assemblée, 12 avril 2002, n° 239693, Société Anonyme Financière Labeyrie (Avis contentieux)

L’intérêt de retard institué par l’article 1727 du CGI vise essentiellement à réparer les préjudices de toute nature subis par l’Etat à raison du non respect par les contribuables de leurs obligations de déclarer et payer l’impôt aux dates légales. Si l’évolution des taux du marché a conduit à une hausse relative de cet intérêt depuis son institution, cette circonstance ne lui confère pas pour autant la nature d’une sanction, dès lors que son niveau n’est pas devenu manifestement excessif au regard du taux moyen pratiqué par les prêteurs privés pour un découvert non négocié.

CONSEIL D’ETAT

N° 239693

SOCIETE ANONYME FINANCIERE LABEYRIE

M. Derepas, Rapporteur

M. Séners, Commissaire du gouvernement

Séance du 5 avril 2002

Lecture du 12 avril 2002

REPUBLIQUE FRANCAISE

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux

Sur le rapport de la 3ème sous-section de la Section du contentieux

Vu, enregistré le 5 novembre 2001 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, le jugement du 30 octobre 2001 par lequel le tribunal administratif de Pau, avant de statuer sur la demande de la SOCIETE ANONYME FINANCIERE LABEYRIE tendant à la décharge de la cotisation supplémentaire à l’impôt sur les sociétés qui lui a été réclamée au titre de l’exercice clos en 1991 et à la condamnation de l’Etat à lui payer une somme de 50 000 F au titre de l’article L. 8-1 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel, a décidé, par application des dispositions de l’article L. 113-1 du code de justice administrative, de transmettre le dossier de cette demande au Conseil d’Etat, en soumettant à son examen les questions suivantes :

1° La part des intérêts de retard réclamés aux contribuables sur le fondement des articles 1727 et 1729 du code général des impôts qui excède celle qui résulterait de l’application du taux de l’intérêt légal peut-elle être qualifiée de sanction au sens du droit interne et des stipulations de l’article 6 §1 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ?

2° La circonstance que le taux des intérêts de retard est supérieur au taux de l’intérêt légal constitue-t-elle une discrimination au sens de l’article 14 de la même convention ?

Vu les pièces du dossier transmises par le tribunal administratif ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ensemble le premier protocole additionnel à cette convention ;

Vu le code général des impôts ;

Vu le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

le rapport de M. Derepas, Maître des Requêtes,

les conclusions de M. Séners, Commissaire du gouvernement ;

REND L’AVIS SUIVANT :

1. Dans sa rédaction en vigueur issue de la loi n° 87-502 du 8 juillet 1987, l’article 1727 du code général des impôts dispose : "Le défaut ou l’insuffisance dans le paiement ou le versement tardif de l’un des impôts, droits, taxes, redevances ou sommes établis ou recouvrés par la direction générale des impôts donnent lieu au versement d’un intérêt de retard qui est dû indépendamment de toutes sanctions. Cet intérêt n’est pas dû lorsque sont applicables les dispositions de l’article 1732 ou les sanctions prévues aux articles 1791 à 1825 F./ Le taux de l’intérêt de retard est fixé à 0,75 p. 100 par mois. Il s’applique sur le montant des sommes mises à la charge du contribuable ou dont le versement a été différé."

L’intérêt de retard institué par ces dispositions vise essentiellement à réparer les préjudices de toute nature subis par l’Etat à raison du non respect par les contribuables de leurs obligations de déclarer et payer l’impôt aux dates légales. Si l’évolution des taux du marché a conduit à une hausse relative de cet intérêt depuis son institution, cette circonstance ne lui confère pas pour autant la nature d’une sanction, dès lors que son niveau n’est pas devenu manifestement excessif au regard du taux moyen pratiqué par les prêteurs privés pour un découvert non négocié.

2. Aux termes de l’article L. 207 du livre des procédures fiscales : "Lorsqu’une réclamation contentieuse est admise en totalité ou en partie, le contribuable ne peut prétendre à des dommages-intérêts ou à des indemnités quelconques, à l’exception des intérêts moratoires prévus par l’article L. 208." ; qu’aux termes de l’article L. 208 du même code : "Quand l’Etat est condamné à un dégrèvement d’impôt par un tribunal ou quand un dégrèvement est prononcé par l’administration à la suite d’une réclamation tendant à la réparation d’une erreur commise dans l’assiette ou le calcul des impositions, les sommes déjà perçues sont remboursées au contribuable et donnent lieu au paiement d’intérêts moratoires dont le taux est celui de l’intérêt légal. (...)/"

Aux termes de l’article 1er du premier protocole à la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, lequel doit, en vertu de l’article 5 du même protocole, être regardé comme un article additionnel à cette convention : "Toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens. Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d’utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international. Les dispositions précédentes ne portent pas atteinte au droit que possèdent les Etats de mettre en vigueur les lois qu’ils jugent nécessaires pour réglementer l’usage des biens conformément à l’intérêt général ou pour assurer le paiement des impôts ou d’autres contributions ou des amendes."

Selon l’article 14 de la même convention : "La jouissance des droits et libertés reconnus par la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l’origine nationale ou sociale, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation."

Si les stipulations combinées des articles précités de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et de son premier protocole additionnel peuvent être utilement invoquées pour soutenir que la loi fiscale serait à l’origine de discriminations injustifiées entre contribuables, elles sont en revanche sans portée dans les rapports institués entre la puissance publique et un contribuable à l’occasion de l’établissement et du recouvrement de l’impôt.

Dès lors, un moyen tiré de l’existence d’une différence de taux entre, d’une part, l’intérêt de retard institué par l’article 1727 du code général des impôts et, d’autre part, les intérêts moratoires mentionnés aux articles L. 207 et L. 208 du livre des procédures fiscales n’est pas susceptible d’être accueilli.

Le présent avis sera notifié au tribunal administratif de Pau, à la SOCIETE ANONYME FINANCIERE LABEYRIE et au ministre de l’économie, des finances et de l’industrie.

Il sera publié au Journal Officiel de la République française.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site