format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Conseil d’Etat, Section, 5 novembre 2003, n° 258777, Association pour la protection des animaux sauvages et association Convention vie et nature pour une écologie radicale
Conseil d’Etat, 21 mars 2008, n° 279074, Société Terres et Demeures
Conseil d’Etat, 16 janvier 2008, n° 289893, Association Jeune Canoe Kayak Avignonnais et autres
Conseil d’Etat, 7 février 2003, n° 223882, Secrétaire d’Etat au logement c/ SNC Empain Graham
Conseil d’Etat, 21 janvier 2002, n° 234227, Ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnement c/ Société Schweppes France
Conseil d’Etat, 11 février 2004, n° 212855, Société anonyme France Travaux
Tribunal administratif de Papeete, référé, 19 janvier 2003, n° 03-22, Association Heiura Les Verts et autres c/ Territoire de la Polynésie française et Etat
Cour administrative d’appel de Lyon, 30 juillet 2003, n° 99LY02122, SA La Mure
Conseil d’Etat, 3 décembre 2003, n° 242115, M. Charles R.
Conseil d’Etat, 23 juin 2004, n° 208297, Association Les Amis de la Berarde et du Haut Veneon




Conseil d’Etat, 7 août 2008, n° 312022, Association des terres minées

Lorsque le préfet fait usage des pouvoirs qu’il tient de l’article L. 514-2 du code de l’environnement pour mettre en demeure un exploitant de régulariser sa situation, notamment à la suite de l’annulation contentieuse de l’autorisation dont il bénéficiait, et l’autorise à titre provisoire à poursuivre son activité pour des motifs d’intérêt général en assortissant cette autorisation de prescriptions, une telle autorisation provisoire, destinée à répondre à l’urgence de la situation dans un souci de continuité de l’exploitation, ne saurait être regardée comme devant être soumise à l’obligation de production d’une étude d’impact.

CONSEIL D’ETAT

Statuant au contentieux

N° 312022

ASSOCIATION DES TERRES MINEES

Mme Delphine Hédary
Rapporteur

M. Mattias Guyomar
Commissaire du gouvernement

Séance du 7 juillet 2008
Lecture du 7 août 2008

REPUBLIQUE FRANÇAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux

(Section du contentieux, 6ème et 1ère sous-sections réunies)

Sur le rapport de la 6ème sous-section de la section du contentieux

Vu le pourvoi et le mémoire complémentaire, enregistrés les 3 janvier 2008 et 18 janvier 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentés pour l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES, dont le siège est Mairie de Cossé d’Anjou à Cossé d’Anjou (49120) ; l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES demande au Conseil d’Etat :

1°) d’annuler l’ordonnance du 17 décembre 2007 par laquelle le juge des référés du tribunal administratif de Nantes a rejeté sa demande tendant à la suspension de l’exécution de l’arrêté du 13 novembre 2007 par lequel le préfet de Maine-et-Loire a mis en demeure la SAS Lahaye TP d’adresser dans un délai de six mois à compter de la notification de cet arrêté, un dossier de régularisation des installations et activités exercées sur le site de l’Angibourgere, situées sur la commune de La Tourlandry, et a autorisé cette société à exploiter provisoirement la carrière en litige jusqu’à ce qu’il soit statué sur la demande de régularisation de la situation administrative des installations suvisées ;

2°) de faire droit à la demande de suspension ;

3°) de mettre à la charge de l’Etat, le versement de la somme de 3 500 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de l’environnement ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de Mme Delphine Hedary, Maître des Requêtes,

- les observations de la SCP Masse-Dessen, Thouvenin, avocat de l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES, et de la SCP Baraduc, Duhamel, avocat de la société Lahaye TP,

- les conclusions de M. Mattias Guyomar, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu’il ressort des pièces produites devant le Conseil d’Etat qu’après l’annulation par le tribunal administratif de Nantes de l’arrêté du 15 juin 2005 autorisant la société Lahaye TP à exploiter une carrière et une unité de concassage sur la commune de La Tourlandry, le préfet de Maine et Loire a sollicité l’avis de ce tribunal, en application de l’article R. 212-1 du code de justice administrative, sur la possibilité d’adresser à l’exploitant une mise en demeure assortie de prescriptions provisoires ; que l’un des trois magistrats qui a concouru à l’avis rendu le 19 octobre 2007 par le tribunal administratif a ensuite statué comme juge des référés sur la demande formée par l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES contre l’arrêté pris par le préfet le 13 novembre 2007, mettant en demeure l’entreprise LAHAYE TP de déposer un dossier de régularisation sous six mois, et autorisant provisoirement son fonctionnement en assortissant cette autorisation de prescriptions ; qu’ainsi, l’ordonnance attaquée, rendue par ce magistrat, a été prise en méconnaissance du principe d’impartialité des juridictions ; qu’il y a lieu de relever d’office ce moyen et d’annuler pour ce motif cette ordonnance ;

Considérant qu’il y a lieu, par application de l’article L. 821-2 du code de justice administrative, de régler l’affaire au titre de la procédure de référé engagée ;

Considérant, en premier lieu, que pour demander la suspension de l’exécution de l’arrêté du préfet de Maine et Loire du 13 novembre 2007, l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES invoque les dispositions de l’article L. 554-11 du code de justice administrative aux termes desquelles : " La décision de suspension d’une autorisation (.) obéit aux règles définies par le dernier alinéa de l’article L. 122-2 du code de l’environnement ci-après reproduit : / Si une requête déposée devant la juridiction administrative contre une autorisation ou une décision d’approbation d’un projet visé au second alinéa de l’article L. 122-1 est fondée sur l’absence d’étude d’impact, le juge des référés, saisi d’une demande de suspension de la décision attaquée, y fait droit dès que cette absence est constatée " ; que toutefois, lorsque le préfet fait usage des pouvoirs qu’il tient de l’article L. 514-2 du code de l’environnement pour mettre en demeure un exploitant de régulariser sa situation, notamment à la suite de l’annulation contentieuse de l’autorisation dont il bénéficiait, et l’autorise à titre provisoire à poursuivre son activité pour des motifs d’intérêt général en assortissant cette autorisation de prescriptions, une telle autorisation provisoire, destinée à répondre à l’urgence de la situation dans un souci de continuité de l’exploitation, ne saurait être regardée comme devant être soumise à l’obligation de production d’une étude d’impact ; que par suite, le moyen tiré de l’article L. 122-2 du code de l’environnement est inopérant ;

Considérant en second lieu qu’aux termes du premier alinéa de l’article L. 521-1 du code de justice administrative : " Quand une décision administrative, même de rejet, fait l’objet d’une requête en annulation ou en réformation, le juge des référés, saisi d’une demande en ce sens, peut ordonner la suspension de l’exécution de cette décision, ou de certains de ses effets, lorsque l’urgence le justifie et qu’il est fait état d’un moyen propre à créer, en l’état de l’instruction, un doute sérieux quant à la légalité de la décision (.) " ;

Considérant que l’urgence justifie que soit prononcée la suspension d’un acte administratif lorsque l’exécution de celui-ci porte atteinte, de manière suffisamment grave et immédiate, à un intérêt public, à la situation du requérant ou aux intérêts qu’il entend défendre ; qu’il appartient au juge des référés, saisi de conclusions tendant à la suspension d’un acte administratif, d’apprécier concrètement, compte tenu des justifications fournies par le requérant, si les effets de l’acte litigieux sont de nature à caractériser une urgence nécessitant que, sans attendre le jugement de la requête au fond, l’exécution de la décision soit suspendue ;

Considérant qu’en se bornant à arguer de ce que l’arrêté attaqué aura produit des effets avant qu’intervienne le jugement au fond, qu’il est entaché d’illégalité, et que la région ne manquerait pas de façon immédiate des matériaux exploités par la société Lahaye TP, l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES ne justifie pas de l’urgence qu’il y aurait à suspendre l’exécution de cet arrêté ;

Considérant que les dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mis à la charge de l’Etat, qui n’est pas dans la présente instance la partie perdante, le versement de la somme demandée par l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES ; qu’il y a lieu, au titre de ces mêmes dispositions, de mettre à la charge de l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES le versement d’une somme de 1 500 euros à la société Lahaye TP ;

D E C I D E :

Article 1er : L’ordonnance du juge des référés du tribunal administratif de Nantes du 17 décembre 2007 est annulée.

Article 2 : La demande présentée par l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES devant le tribunal administratif de Nantes, ainsi que ses conclusions présentées devant le Conseil d’Etat tendant à l’application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 3 : L’ASSOCIATION DES TERRES MINEES versera à la société Lahaye TP la somme de 1 500 euros en application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 4 : La présente décision sera notifiée à l’ASSOCIATION DES TERRES MINEES, à la société Lahaye TP, au ministre d’Etat, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire et à la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site