format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Conseil d’Etat, 30 décembre 2002, n° 236826, Société Vortex
Conseil d’Etat, 24 octobre 2008, n° 304549, Société Vortex
Conseil d’Etat, 11 février 2004, n° 249175, Société Medya TV
Conseil d’Etat, 30 avril 2004, n° 249693, Association Radio Télédiffusion Triomphe
Conseil d’Etat, 12 mai 2003, n° 240085, Société civile des auteurs, réalisateurs, producteurs (ARP) et autres
Conseil d’Etat, 19 mars 2003, n° 204515, Société Métropole Télévision M6
Conseil d’Etat, 10 mars 2004, n° 254110, Sarl ACBM
Conseil d’Etat, 10 mars 2004, n° 259499, Société Medias Systèmes publications
Conseil d’Etat, 26 juillet 1991, SA "La Cinq"
Conseil d’Etat, 8 août 2008, n° 290490, Société Interférence

THEMES ABORDES :
Droit public des technologies de l’information
Premier rapport d’activité - Année 2002
Conseil d’Etat, 29 décembre 2000, n° 213349, Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques c/ M. Cotten
Conseil d’Etat, 15 octobre 2003, n° 244428, M. Jean-Philippe O.
Tribunal administratif de Toulouse, 25 septembre 2001, n° 01/1141, Elections municipales de Rodez, Mme H.
Conseil d’Etat, 28 décembre 2001, n° 235784, Elections municipales d’Entre-Deux-Monts
Conseil d’Etat, 5 mai 2008, n° 293934, Geneviève K. et Groupe d’information et de soutien des immigrés
Tribunal administratif de Paris, 3 juin 1999, n° 9703336/5, M. Jean-Philippe O.
Conseil d’Etat, 3 mai 2004, n° 257744, Société Laboratoires Equilibre Attitude
Conseil d’Etat, 3 juillet 2000, n° 218358, Société civile des auteurs réalisateurs producteurs et autres
Hébergement gratuit des sites Internet des candidats : le Conseil constitutionnel donne son feu (un peu trop) vert




Conseil d’Etat, 9 février 2004, n° 250258, Société Télévision Française 1 (TF1)

En précisant que les services de télévision peuvent, en dehors des écrans publicitaires, renvoyer à leurs propres services ou sites Audiotel, Téletel et Internet dès lors que ce renvoi s’inscrit dans le prolongement direct du programme en cours de diffusion et ne conduit pas à des connexions avec des services sans lien avec ledit programme et concurrents de services de même nature proposés par des sociétés tierces, le Conseil supérieur de l’audiovisuel n’a pas donné une interprétation erronée des dispositions de l’article 9 du décret du 27 mars 1992 prohibant la publicité clandestine et n’a pas édicté incompétemment une règle nouvelle.

CONSEIL D’ETAT

Statuant au contentieux

N° 250258

SOCIETE TELEVISION FRANCAISE 1

M. Sanson
Rapporteur

M. Olson
Commissaire du gouvernement

Séance du 12 janvier 2004
Lecture du 9 février 2004

REPUBLIQUE FRANÇAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux

(Section du contentieux, 5ème et 4ème sous-sections réunies)

Sur le rapport de la 5ème sous-section de la Section du contentieux

Vu la requête, enregistrée le 11 septembre 2002 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat , présentée pour la SOCIETE TELEVISION FRANCAISE 1, représentée par son président en exercice, dont le siège est 1 Quai du Point du Jour à Boulogne (92656) ; la SOCIETE TELEVISION FRANCAISE 1 demande au Conseil d’Etat :

1°) d’annuler pour excès de pouvoir la recommandation adoptée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel le 5 mars 2002, relative aux incitations faites à l’antenne d’appeler des services téléphoniques surtaxés ou des services télématiques, ainsi que la décision confirmative du président dudit Conseil en date du 11 juillet 2002 ;

2°) de condamner l’Etat à lui verser une somme de 4 000 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la note en délibéré présentée le 28 janvier 2004 pour la SOCIETE TELEVISION FRANCAISE 1 ;

Vu la loi du 21 mai 1836 modifiée ;

Vu la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 modifiée ;

Vu le décret n° 92-280 du 27 mars 1992 ;

Vu l’arrêté du 3 décembre 1987 relatif à l’information des consommateurs sur les prix ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de M. Sanson, Conseiller d’Etat,
- les observations de la SCP Delaporte, Briard, Trichet, avocat de la SOCIETE TELEVISION FRANCAISE 1,
- les conclusions de M. Olson, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu’aux termes de l’article 1er de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication : ". Le Conseil supérieur de l’audiovisuel . veille à la qualité. des programmes . Il peut adresser aux éditeurs et distributeurs de services de communication audiovisuelle des recommandations relatives au respect des principes énoncés dans la présente loi." ; qu’aux termes de l’article 42 de la même loi : "Le Conseil supérieur de l’audiovisuel peut mettre en demeure les éditeurs et distributeurs de services de radiodiffusion sonore ou de télévision de respecter les obligations qui leur sont imposées par les textes législatifs et réglementaires et par les principes définis à l’article 1er de la présente loi" ;

Considérant que, par la recommandation attaquée, en date du 5 mars 2002, le Conseil supérieur de l’audiovisuel, prenant acte du développement sur l’antenne des services de télévision, en dehors des écrans publicitaires, d’incitations à appeler des services téléphoniques surtaxés ou des services télématiques, notamment en vue de participer à des jeux, d’exprimer un vote ou un témoignage ou de faire acte de candidature, a entendu rappeler à l’ensemble des services de télévision les principes auxquels ils sont légalement soumis ; qu’il entrait dans les missions dudit Conseil, en application des dispositions précitées de la loi du 30 septembre 1986, de rappeler les règles auxquelles les opérateurs sont tenus, non seulement en matière de prohibition de la publicité clandestine, mais également en ce qui concerne l’information du public et la législation instaurant une prohibition des jeux de hasard impliquant une mise de fonds de la part des participants ; qu’ainsi, en prenant la recommandation dont s’agit, le Conseil supérieur de l’audiovisuel n’a pas excédé sa compétence ;

Considérant qu’en précisant que les services de télévision peuvent, en dehors des écrans publicitaires, renvoyer à leurs propres services ou sites Audiotel, Téletel et Intranet dès lors que ce renvoi s’inscrit dans le prolongement direct du programme en cours de diffusion et ne conduit pas à des connexions avec des services sans lien avec ledit programme et concurrents de services de même nature proposés par des sociétés tierces, le Conseil supérieur de l’audiovisuel n’a pas donné une interprétation erronée des dispositions de l’article 9 du décret du 27 mars 1992 prohibant la publicité clandestine et n’a pas édicté incompétemment une règle nouvelle ;

Considérant que le Conseil supérieur de l’audiovisuel, en rappelant qu’en vue d’assurer une parfaite information des téléspectateurs sur le coût des communications, ce coût devait être exposé en permanence dans des caractères identiques à ceux des coordonnées téléphoniques ou télématiques, n’a pas donné une interprétation erronée de l’article 14 de l’arrêté susvisé du 3 décembre 1987 relatif à l’indication précise qui doit être faite au consommateur du prix de tout produit ou de toute prestation de services proposés selon une technique de communication à distance, ni édicté incompétemment une règle nouvelle ;

Considérant qu’en indiquant qu’il importait qu’une information sur le possible remboursement des frais de communication et de correspondances engagés par les téléspectateurs apparaisse lors de la connexion de ceux-ci aux services Audiotel ou Téletel dans le cadre d’un programme de jeux télévisés, le Conseil supérieur de l’audiovisuel n’a ni donné une interprétation erronée du régime légal applicable aux jeux de hasard, tel qu’il résulte notamment de la loi du 21 mai 1836 modifiée, ni édicté incompétemment une règle nouvelle ;

Considérant qu’il résulte de ce qui précède, et sans qu’il soit besoin de statuer sur la fin de non-recevoir soulevée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel, que la SOCIETE TELEVISION FRANCAISE 1 n’est pas fondée à demander l’annulation de la recommandation attaquée ;

Sur les conclusions tendant à l’application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que ces dispositions font obstacle à ce que l’Etat, qui n’est pas dans la présente instance la partie perdante, soit condamné à verser à la SOCIETE TELEVISION FRANCAISE 1 la somme qu’elle demande au titre des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;

D E C I D E :

Article 1er : La requête de la SOCIETE TELEVISION FRANÇAISE 1 est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à la SOCIETE TELEVISION FRANCAISE 1, au Conseil supérieur de l’audiovisuel, au Premier ministre et au ministre de la culture et de la communication.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site