format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Conseil d’Etat, 19 mars 2003, n° 204515, Société Métropole Télévision M6
Conseil d’Etat, 9 juin 2004, n° 260031, Société FJM Communication
Conseil d’Etat, 29 septembre 2003, n° 243654, Société Télévision Française 1 (TF1)
Conseil d’Etat, 14 juin 2002, n° 237910, Association Promouvoir
Conseil d’Etat, 12 mai 2004, n° 257034, Société Cascadia
Conseil d’Etat, 5 décembre 2008, n° 287686, Association TVasso
Conseil d’Etat, 28 février 1997, SA Télévision française 1
Conseil d’Etat, 10 mars 2004, n° 254110, Sarl ACBM
Conseil d’Etat, 24 octobre 2008, n° 304549, Société Vortex
Conseil d’Etat, 16 janvier 2008, n° 285697, SA Radio Monte-Carlo




Conseil d’Etat, 4 février 2004, n° 261804, Association Promouvoir

Eu égard à la scène de sexe non simulée évoquée ci-dessus, qui revêt un caractère particulièrement cru et explicite, et aux autres scènes du film qui représentent elles aussi des adolescents en mêlant sexe et violence, le ministre, en interdisant la représentation de "Ken Park" seulement aux mineurs de moins de seize ans et non à ceux de moins de dix-huit ans, a fait une inexacte application des dispositions de l’article 3 du décret du 23 février 1990 pris pour l’application des articles 19 à 22 du code de l’industrie cinématographique et relatif à la classification des films, dont la modification issue du décret du 12 juillet 2001, alors applicable, a pour objet la protection des mineurs.

CONSEIL D’ETAT

Statuant au contentieux

N° 261804

ASSOCIATION PROMOUVOIR

M. Mary
Rapporteur

Mme de Silva
Commissaire du gouvernement

Séance du 9 janvier 2004
Lecture du 4 février 2004

REPUBLIQUE FRANÇAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux

(Section du contentieux, 2ème et 7ème sous-section réunies)

Sur le rapport de la 2ème sous-section de la Section du contentieux

Vu la requête, enregistrée le 17 novembre 2003 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentée par l’ASSOCIATION PROMOUVOIR, dont le siège est B.P. 23 à Carpentras Cedex 01 (84201) représentée par son président en exercice ; l’ASSOCIATION PROMOUVOIR demande au Conseil d’Etat :

1°) d’annuler pour excès de pouvoir la décision du ministre de la culture et de la communication en date du 6 octobre 2003 accordant un visa d’exploitation au film intitulé "Ken Park" en tant qu’elle comporte seulement une interdiction de représentation aux mineurs de seize ans et qu’elle ne l’inscrit pas sur la liste des films pornographiques ou d’incitation à la violence soumis aux dispositions des articles 11 et 12 de la loi du 30 décembre 1975 portant loi de finances pour 1976 ou, à titre subsidiaire, qu’elle ne l’assortit pas d’une interdiction de représentation aux mineurs de dix-huit ans ;

2°) de condamner l’Etat à lui verser la somme de 1 500 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

elle soutient que le ministre aurait dû inscrire le film concerné, qui comporte plusieurs scènes à caractère pornographique ainsi qu’une scène de violence soutenue, sur la liste des films pornographiques ou d’incitation à la violence prévue par les articles 11 et 12 de la loi du 30 décembre 1975 portant loi de finances pour 1976 ; que ce film, qui comporte des scènes dégradantes pour les acteurs comme pour les spectateurs, porte atteinte à la dignité humaine et aurait dû, en tout état de cause, être inscrit sur cette liste ; que le ministre a fait une inexacte application du décret du 23 février 1990 dans sa rédaction issue du décret du 12 juillet 2001 en n’interdisant pas ce film aux mineurs de dix-huit ans alors qu’il comporte, pour une large part et sans justification, des scènes de sexe et de violence susceptibles de heurter des mineurs ;

Vu la décision attaquée ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 18 décembre 2003, présenté par le ministre de la culture et de la communication, qui tend au rejet de la requête ; le ministre de la culture soutient que le film ne saurait être rangé dans la liste des films pornographiques ou d’incitation à la violence ; qu’il ne comporte qu’une seule scène de sexe non simulée ; que la scène au cours de laquelle un adolescent tue ses grands-parents, à coups de couteau, au cours de leur sommeil, n’a pas un caractère d’incitation à la violence ; que le film n’a pas été fait dans le but d’accumuler des scènes de sexe et de provoquer des stimuli sexuels ; que le fait de montrer à l’écran une scène attentatoire à la dignité humaine, ne constitue pas en soi une atteinte au principe à valeur constitutionnelle de la dignité humaine ; que le fait pour le ministre d’avoir assorti le visa d’exploitation délivré au film "Ken Park" d’une interdiction de représentation aux mineurs de moins de seize ans, constitue déjà une mesure considérable de restriction à la liberté d’expression ; que la scène de sexe représentant un adolescent traduit le malaise de celui-ci, et son manque de repères affectifs, et trouve sa justification dans l’idée générale du scénario qui est de montrer le mal-être des adolescents ;

Vu les pièces du dossier desquelles il ressort que la requête a été communiquée à la société de distribution Pan européenne, qui n’a pas produit d’observations ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code pénal, notamment l’article 227-24 ;

Vu le code de l’industrie cinématographique ;

Vu la loi du 30 décembre 1975 portant loi de finances pour 1976 ;

Vu le décret n° 90-174 du 23 février 1990, dans sa rédaction issue du décret n° 2001-618 du 12 juillet 2001 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de M. Mary, Maître des Requêtes,
- les conclusions de Mme de Silva, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu’il résulte de l’instruction, d’une part, que le film "Ken Park", s’il comporte une scène de sexe non simulée et plusieurs scènes de violence, ne présente pas, compte tenu de son thème et des conditions de sa mise en scène, un caractère pornographique ou d’incitation à la violence, qui aurait imposé son inscription sur la liste des films soumis aux dispositions des articles 11 et 12 de la loi du 30 décembre 1975 portant loi de finances pour 1976 ; qu’ainsi, le ministre de la culture et de la communication n’a pas commis d’erreur d’appréciation ni méconnu le principe de la dignité humaine invoqué par l’association requérante en n’inscrivant pas le film "Ken Park" sur la liste des films pornographiques ou d’incitation à la violence ;

Mais considérant qu’eu égard à la scène de sexe non simulée évoquée ci-dessus, qui revêt un caractère particulièrement cru et explicite, et aux autres scènes du film qui représentent elles aussi des adolescents en mêlant sexe et violence, le ministre, en interdisant la représentation de "Ken Park" seulement aux mineurs de moins de seize ans et non à ceux de moins de dix-huit ans, a fait une inexacte application des dispositions de l’article 3 du décret du 23 février 1990 pris pour l’application des articles 19 à 22 du code de l’industrie cinématographique et relatif à la classification des films, dont la modification issue du décret du 12 juillet 2001, alors applicable, a pour objet la protection des mineurs ;

Considérant qu’il résulte de ce qui précède que l’association requérante est seulement fondée à demander l’annulation du visa d’exploitation litigieux, en tant qu’il n’est pas assorti d’une interdiction de représentation aux mineurs de moins de dix-huit ans ;

Sur l’application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant qu’il n’y a pas lieu, dans les circonstances de l’espèce, de faire application de ces dispositions et de condamner l’Etat à verser à l’association requérante la somme qu’elle demande au titre des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;

D E C I D E :

Article 1er : La décision du ministre de la culture et de la communication en date du 6 octobre 2003 accordant un visa d’exploitation au film "Ken Park" est annulée, en tant que ce visa n’est pas assorti d’une interdiction de représentation aux mineurs de moins de dix-huit ans.

Article 2 : Le surplus des conclusions de l’ASSOCIATION PROMOUVOIR est rejeté.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à l’ASSOCIATION PROMOUVOIR, à la société Pan européenne distribution et au ministre de la culture et de la communication.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site