format pour impression
(imprimer)

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Cour administrative d’appel de Bordeaux, 27 avril 2004, n° 03BX00760, Ville de Bordeaux
Conseil d’Etat, 10 juillet 2002, n° 230437, Fédération bancaire française
Conseil d’Etat, 11 décembre 2008, n° 307084, Fédération nationale de la montagne et de l’escalade
Cour administrative d’appel de Nantes, 11 avril 2003, n° 02NT01541, M. Michel A.
Conseil d’Etat, référé, 10 août 2001, n° 237008, Commune de Meyreuil
Conseil d’Etat, 7 février 2003, n° 243634, Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI)
Conseil d’Etat, 19 mars 2003, n° 191271, M. Jean-Marc L.
Conseil d’Etat, 16 avril 2008, n° 300268, Office public département d’habitation à loyer modéré de Seine-et-Marne
Conseil d’Etat, 30 avril 2004, n° 248460, Association Technopol
Conseil d’Etat, 28 décembre 2001, n° 228824, Syndicat national du contrôle technique automobile




Cour administrative d’appel de Douai, 25 mai 2004, n° 01DA00413, Guy M.

Une décision réglementant la circulation dans une commune, sur le fondement de ces dispositions, doit, lorsqu’elle a des conséquences sur les conditions de circulation d’une voie située sur le territoire d’une commune voisine, être prise en commun par les maires de ces communes. Cette réglementation doit être édictée sous forme, soit d’arrêtés concordants signés par chacun d’eux, soit d’un arrêté unique signé par les deux maires.

COUR ADMINISTRATIVE D’APPEL DE DOUAI

N° 01DA00413

M. Guy M.

M. Berthoud
Rapporteur

M. Michel
Commissaire du gouvernement

Audience du 5 mai 2004
Lecture du 25 mai 2004

REPUBLIQUE FRANCAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR ADMINISTRATIVE D’APPEL DE DOUAI

Vu la requête, enregistrée le 17 avril 2001 au greffe de la cour administrative d’appel de Douai, présentée pour M. Guy M., par Me Reveau, avocat ; M. M. demande à la Cour :

1°) d’annuler le jugement n° 98-2646 en date du 6 février 2001 par lequel le tribunal administratif de Lille a rejeté sa demande tendant à l’annulation de l’arrêté en date du 3 mars 1998, par lequel le maire d’Englos a modifié le sens de circulation de la rue d’Hallennes et à la condamnation de la commune d’Englos à lui verser une somme de 10 000 francs au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2°) d’annuler ledit arrêté pour excès de pouvoir ;

3°) d’enjoindre au maire d’Englos, sur le fondement de l’article L. 911-1 du code de justice administrative, de rétablir, dans un délai d’un mois, le double sens de circulation sur toute la longueur de la rue d’Hallennes ;

4°) de condamner la commune d’Englos à lui verser une somme de 12 000 francs au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l’audience,

Après avoir entendu au cours de l’audience publique du 5 mai 2004
- le rapport de M. Berthoud, président-assesseur,
- les observations de M. Guy M.,
- et les conclusions de M. Michel, commissaire du gouvernement ;

Sur les conclusions à fin d’annulation :

Considérant qu’aux termes de l’article L. 2212-1 du code général des collectivités territoriales : " Le maire est chargé (...) de la police municipale... " ; qu’aux termes de l’article L. 2212-2 du même code : " La police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté et la salubrité publiques. Elle comprend notamment : 1° Tout ce qui intéresse la sûreté et la commodité du passage dans les rues, quais, places et voies publiques... " ; qu’une décision réglementant la circulation dans une commune, sur le fondement de ces dispositions, doit, lorsqu’elle a des conséquences sur les conditions de circulation d’une voie située sur le territoire d’une commune voisine, être prise en commun par les maires de ces communes ; que cette réglementation doit être édictée sous forme, soit d’arrêtés concordants signés par chacun d’eux, soit d’un arrêté unique signé par les deux maires ;

Considérant que les effets de l’arrêté, en date du 3 mars 1998, par lequel le maire de la commune d’Englos a mis en sens unique la circulation dans une partie de la rue d’Hallennes, s’étendent au-delà du territoire de la commune d’Englos, dès lors que, par application de cette mesure, et en raison de la configuration des lieux, une partie de la voie publique située sur le territoire de la commune d’Hallennes, dans le prolongement de la rue d’Hallennes, se trouve sans issue, ce qui nécessite, en l’espèce, une signalisation dissuadant les automobilistes de s’y engager ; que l’article 3 de l’arrêté attaqué, qui n’est pas divisible de ses autres dispositions, ordonne d’ailleurs l’installation d’une telle signalisation sur le territoire de la commune d’Hallennes ; que le maire d’Englos ne pouvait, sans excéder sa compétence, prendre seul une telle décision, qui relevait de la compétence conjointe des maires des communes d’Englos et d’Hallennes ; qu’il suit de là, sans qu’il soit besoin d’examiner les autres moyens de la requête, que M. M. est fondé à soutenir que c’est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Lille a rejeté sa demande à fin d’annulation de l’arrêté du 3 mars 1998 et l’a condamné, en qualité de partie perdante, à verser à la commune d’Englos une somme de 4 000 francs ;

Sur les conclusions à fin d’injonction :

Considérant qu’aux termes de l’article L. 911-1 du code de justice administrative : " Lorsque sa décision implique nécessairement qu’une personne morale de droit public ou un organisme de droit privé chargé de la gestion d’un service public prenne une mesure d’exécution dans un sens déterminé, la juridiction, saisie de conclusions en ce sens, prescrit, par la même décision, cette mesure assortie, le cas échéant, d’un délai d’exécution " ;

Considérant que l’annulation de l’arrêté attaqué implique nécessairement que le maire d’Englos prenne les mesures nécessaires au rétablissement effectif du double sens de circulation dans la rue d’Hallennes ; qu’il y a lieu de lui enjoindre de prendre ces mesures dans un délai d’un mois à compter de la notification du présent arrêt ;

Sur l’application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant qu’aux termes de l’article L. 761-1 du code de justice administrative : " Dans toutes les instances, le juge condamne la partie tenue aux dépens ou, à défaut, la partie perdante, à payer à l’autre partie la somme qu’il détermine, au titre des frais exposés et non compris dans les dépens. Le juge tient compte de l’équité ou de la situation économique de la partie condamnée. Il peut même d’office, pour des raisons tirées des mêmes considérations, dire qu’il n’y a pas lieu à cette condamnation " ;

Considérant que les dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que M. M. qui n’est pas, dans la présente instance, la partie perdante, soit condamné à payer à la commune d’Englos la somme qu’elle demande au titre des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;

Considérant qu’il y a lieu, dans les circonstances de l’espèce, de condamner la commune d’Englos, partie perdante, à verser à M. M. une somme de 1 000 euros, au titre de l’article L. 761-1 précité ;

D E C I D E :

Article 1er : Le jugement n° 98-2646, en date du 6 février 2001, du tribunal administratif de Lille et l’arrêté du maire d’Englos, en date du 3 mars 1998, sont annulés.

Article 2 : Il est enjoint au maire d’Englos de prendre les mesures nécessaires au rétablissement effectif du double sens de circulation dans la rue d’Hallennes dans un délai d’un mois à compter de la notification du présent arrêt.

Article 3 : La commune d’Englos versera à M. Guy M. une somme de 1 000 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 4 : Les conclusions de la commune d’Englos tendant à l’application de l’article

L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 5 : Le présent arrêt sera notifié à M. Guy M., à la commune d’Englos et au ministre de l’intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales.

 


©opyright - 1998 - contact - Rajf.org - Revue de l'Actualité Juridique Française - L'auteur du site
Suivre la vie du site